Retour
Suivant

Le camp retranché d’Escoalier (Mauriac) est probablement de l’âge du bronze : c’est typiquement un éperon barré. Monsieur Delalo le décrit d’une manière très fidèle dans le Dictionnaire Statistique du Cantal : "Le plateau est parfaitement uni ; au midi et au couchant il s’étend jusqu’aux escarpements, et rien n’annonce qu’il y ait eu à ces aspects un rempart ou un travail d’art quelconque. Il n’en est pas de même à l’est et au nord ; dans cette partie, le plateau est défendu par un retranchement

de pierres brutes qui s’élève à trois ou quatre mètres au-dessus de la plaine qui en suit les contours, et dont la base a au moins dix mètres de largeur. Ces pierres sont placées sans ordre ; elles sont en général d’un faible échantillon. Sur un ou deux points on croît reconnaître quelques traces de mur, ce qui pourrait porter à penser que ces pierres ne sont que les restes d’un rempart détruit ; cependant, d’après l’aspect qu’elles présentent, elles sembleraient plutôt avoir été réunies pour former un .