Index Chronologique
Retour
Faire défiler la page

Périodes
Dates
Evénements - Vestiges
Paléolithique

 -35000

Les vallées se creusent, avec formation de terrasses fluviales. Sur les plateaux qui les séparent se déposent du loess et du limon. Formation de cavernes. Le relief autour de Mauriac semble caractéristique de cette période.

Néolithique

 -6000 à -2000

  Outils de pierre taillée ou polie, mégalithes, sources.

Age de Bronze

 -2000 à -800

  Camp retranché d'Escoallier.

Age du Fer


 -800 à -100

  Tombelles gauloises, vestiges d'habitat, trous de poteaux et fosses creusées.

Gallo-Romain




 jusqu'au V° siècle

  Un matériel archéologique datable permet d'affirmer que les Romains ont fréquenté le terroir de Mauriac dès le 1er siècle avant Jésus-Christ. Une importante voie nord sud traverse la commune voisine du Vigean.

Haut Moyen Age




 V° au VIII° siècle




  Dès le VII°s. un monétaire en or (un tiers de sol d'or marqué "Moriaco Vic"). Une église primitive mérovingienne ou encore d'un édifice beaucoup plus ancien.

Moyen Age


















 IX° et X° siècle



 
XI° siècle



 
XII° siècle




  
XIV° siècle


 
XV° siècle


  La chronique de Sens relate la construction de l'église Carolingienne Saint-Pierre vers 825 après le partage de l'empire de Charlemagne.

De nouvelles destructions ayant ravagé le monastère carolingien, les moines entreprennent la construction de l'église romane (en plein développement en 1108).

Confirmation des privilèges de Sens sur le monastère qui en dépendaient en 1105. De 1105 à 1110 la construction de l'église romane Notre-Dame-des-Miracles était en chantier.

Les Anglais pénètrent dans notre région, y séjournent de 1357 à 1387 et font de nombreux ravages.

Le doyen Pierre de Balsac restaure les galeries du cloître et fait construire la tour-porche.

Moderne












Retour
Faire défiler la page
 XVI° siècle


 
XVII° siècle





 XVIII° siècle





  1560, création par les jésuites d'un des deux premiers collèges de jésuites en France.

Le monastère réduit à la plus extrême misère et à la débauche est sauvé par la Réforme de Saint-Maur. Ce sont les moines de Saint-Maur qui construisent l'aile ouest et surélèvent d'un étage l'ensemble des bâtiments claustraux ainsi que la chapelle Saint-Benoît.

Une nouvelle période de décadence s'amorce. La révolution met un terme à la vie du monastère Saint-Pierre. Le 11 juillet 1819, le maire Grasset présente aux membres du Conseil Municipal, le projet d'un hôtel de ville qui sera bâti des pierres de démolition de la plus belle église romane de Haute-Auvergne