Suivant
Retour

Au nombre de trois (deux étaient déjà abattus au milieu du XIXe siècle), ils sont présumés rassemblés dans l’enclos d’une maison neuve. Ils sont cités pour mémoire et sous toutes réserves : ils ne sont pas en place. Seul le premier a pu être un des menhirs cités par Monsieur Deribier. Une de ses faces est taillée par éclats (n° 1), ce qui n’est pas courant dans une région où les pierres posées verticalement de chaque côté des passages d’entrée des champs sont belles naturellement ; l’autre face, arrondie, est à peine dégauchie. Le deuxième est assez monumental : environ 1 m. 50 de hauteur hors sol (aux dires des propriétaires, il est enterré de 0 m. 60 environ) par 1 m. 20 de largeur maximum et 0 m. 70 d’épaisseur : c’est une pierre brute. Le troisième est banal, semblable aux pierres utilisées localement. Basalte résultant d'une disjonction en boule plus ou moins aplatie, il mesure 1 m. 50 de hauteur hors sol.